Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Dréano Immobilier, Agence immobilière RENNES 35000

Artisanat. Didier Chouët, boulanger-pâtissier globe-trotter

Publiée le 16/04/2018

 

Depuis une semaine, sept boulangers pâtissiers chinois se forment au savoir-faire et techniques françaises auprès du meilleur ouvrier français.

La boulangerie-pâtisserie française fait un carton à l’étranger. Pour preuve, sept boulangers-pâtissiers chinois sont venus à Cesson-Sévigné se former, pendant une semaine, chez le meilleur ouvrier de France, Didier Chouët.

Une forte demande en Chine

Petits choux, éclairs, feuilletés, pains, tout est programmé pour que les apprentis chinois repartent armés de techniques plus délicates les unes que les autres.À l’origine de ce projet, une franco-chinoise, Qing Song Le Roch, une prestataire de services et de conseil à destination du monde chinois.

« Avec ma société MyFagot (Ma France en chinois mandarin), explique Qing Song, j’organise la promotion de la gastronomie française auprès des Chinois. J’ai déjà réalisé plusieurs missions avec Didier Chouët à Ningbo et à Shenzhen. J’assure la logistique et l’interprétariat. Je suis incollable sur le vocabulaire en boulangerie-pâtisserie. »

 Retrouvez notre rubrique Artisanat

Mais cette fois, les apprentis chinois ont fait le chemin inverse. Ce sont les professionnels de la pâtisserie qui viennent assimiler les combinaisons techniques du pain à la française, des viennoiseries et autres délicieuses pâtisseries. « C’est un plus pour eux qui tiennent une boutique. Je leur ai fait un livre de recettes réalisées par Didier », précise Qing Song.

Au Japon aussi

Devenu meilleur ouvrier de France en 2005, le boulanger-pâtissier Didier Chouët parcourt le monde pour transmettre son savoir-faire : « J’assure des formations au Japon quatre fois par an, et en Chine. Cela représente deux cent vingt jours de formation par an. La pâtisserie française est très appréciée et il y a de nombreuses formations avec des chefs français. Ces stagiaires sont tous des pros qui ont leur boutique. C’est très intense car je passe par Qing Song pour la traduction. C’est très serré au niveau du temps. Mais il y a une bonne ambiance », indique Didier Chouët.

Notre actualité